Skip to content

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

“A la recherche de l’autre temps” par Daniel Sibony

Nouveau livre de Daniel Sibony paru le 2 novembre 2020 ; vente en ligne
Participez à sa présentation le 16/11/2020 à 20h30
en ligne : https://lilmod.zoom.us/j/87391258837?pwd=NVNkc0E3N095dWNGUHVDQ1JBeHZYZz09 – Code : 123

Né à Marrakech, entre hébreu arabe et français, émigré à Paris, où il devient chercheur en maths, puis psychanalyste et écrivain; auteur d’une quarantaine de livres portant sur la clinique, les identités, les transmissions symboliques, l’art contemporain, le théâtre, les religions, la psychopathologie du social, la danse, etc. Par ailleurs, docteur d’État en mathématiques et docteur d’État en philosophie; professeur des universités. Expertise en Bible et en Coran.
Il anime chaque année depuis 1974 un séminaire indépendant consacré aux questions thérapeutiques et aux pratiques créatives et symboliques dans leurs rapports à l’inconscient.

Par quel bout prendre le temps ? Comment « prendre » le temps, à la fois pour le penser et pour le vivre ? Il y a déjà une « prise » de temps qui s’est faite sans nous, qui s’exprime via les horloges, les agendas ; on s’y raccroche pour marquer une durée et fixer des origines. Ce livre montre qu’il y a d’autres prises de temps, et offre les notions pour les unifier, notamment celle de « fibres temporelles », d’objets-temps c’est-à-dire d’objets porteurs de temps, un temps qui nous défie de le prendre, de l’extraire ; et pas seulement de la mémoire, comme Proust hanté par le passé à retrouver, mais de l’épreuve actuelle, dans la rencontre, dans l’acte du commencement et dans la durée qui s’ensuit.Le temps peut sembler irréel, il s’agit de le « réaliser », pour cela, il faut le « prendre ». Et si le temps existe dans la mesure où on le « prend », cela vaut la peine de réfléchir aux façons dont on s’y prend et dont on s’ouvre à l’autre temps.Le livre mène un dialogue fécond entre les aspects psychique et physique de notre rapport temps, abordant au passage une « clinique » du temps comme le symptôme compulsif des gens pressés, stressés, et de ceux qui procrastinent.Ce voyage met en lumière l’émergence du temps dans l’infini des possibles. Par là-même, il dégage un lien subtil entre temps et inconscient ; on dit que l’inconscient ignore le temps, et s’il était une de ses sources les plus fécondes ?
Daniel Sibony

Pour en savoir plus:
http://www.danielsibony.com/
https://www.youtube.com/channel/UC_aUT_5bo1LMwIiD-w8gvjA