Skip to content
  1. Home
  2. Musique Juive
  3. Musique Klezmer
  4. La judéité dans l’art ? Le...

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

La judéité dans l’art ? Le cas Mahler !

Compositeur devenu emblématique et l’un des plus joués au monde, Gustav « Shaltiel » (son vrai prénom) Mahler incarne dans l’histoire de la musique la difficulté d’exister en tant qu’artiste juif dans l’Empire austro-hongrois, ainsi que dans la République de Weimar.

Gustav Mahler voit le jour le 7 juillet 1860 dans une famille juive nombreuse du village de Kaliště en Bohême. Ses parents, Marie et Bernhard Mahler, de milieu modeste, sont aubergistes. L’arrière-grand-père de Mahler était un abatteur casher. Gustav a été circoncis selon la loi juive et son père, Bernard, était l’un des fondateurs de la synagogue d’Iglau.

Dès sa jeunesse, le mysticisme catholique attire beaucoup Mahler alors que les rituels juifs le laisseront toujours indifférent. « Il aimait l’odeur de l’encens et les chants grégoriens et ne pouvait jamais passer devant une église sans y entrer ». Il se fait baptiser à Hambourg au début de 1897, mais la question juive le touche de près, notamment lorsque Cosima Wagner tente d’annuler son engagement à Vienne alors qu’il vénère et défend son mari, Richard Wagner… (1)

La conversion de Mahler au catholicisme semble devoir beaucoup à l’obtention du poste de Directeur Musical à l’Opéra de Vienne, comme la concordance des temps entre sa conversion (début 1897 à Hambourg) et sa nomination à Vienne (8 octobre de la même année) tend à le prouver. Cela n’empêchera nullement les violentes campagnes antisémites contre lui. Freud et Mahler, Juifs de Moravie arrivés à Vienne, restent profondément juifs. Comme la psychanalyse sera dite « science juive », le judaïsme sera associé à « l’impureté » du style de Mahler, et cette « impureté » lui sera reprochée comme une caractéristique de son judaïsme, par opposition au style du pur aryen Richard Strauss (qui lui sera préféré en 1907). (Cairn.info)

« Je suis trois fois étranger sur la terre ! Comme natif de Bohême en Autriche, comme Autrichien en Allemagne, comme juif dans le monde entier », dit-il.

Ceci étant posé, qu’en est-il de l’aspect « juif » dans la musique de Mahler ?

« Stuart Feder, un biographe de Mahler, (…) a vu des influences juives définies dans le travail de Mahler. Dans la Deuxième Symphonie, “La Résurrection”, Mahler utilise des textes qui rappellent la prière de Yom Kippour Unetaneh tokef dans laquelle le décret du Jour du Jugement est annoncé par “une petite voix douce”. Feder l’a appelé le “Dies Irae” juif, l’hymne latin médiéval décrivant le Jour du Jugement. En outre, il a cité un moment où la section de cuivres alterne entre les quartes et les quintes comme une évocation des sonneries du shofar, et a appelé la Deuxième Symphonie « la scène idiosyncratique de résurrection de Mahler avec des éléments juifs et chrétiens »(2)

Pour Théodore Adorno(3), l’élément juif se dérobe à l’identification tout en restant inhérent au tout (…) La judéité de Mahler n’est pas de nature populaire, spontanée, mais d’essence spirituelle, immatérielle, une façon d’être, de vivre et de croire, en un mot une culture ou si l’on préfère, une multiculturalité(4)…

Donc, une façon de regarder et d’être au monde. Nous verrons dans de prochains articles que la définition d’Adorno s’appliquera à merveille à d’autres artistes…

Pour ma part, je suis convaincu de l’influence klezmer du troisième mouvement de sa première symphonie « Titan » dans lequel, après avoir proposé en ouverture une version en mode mineur de la célébrissime chanson « Frère Jacques », s’en suit une sorte de « musique de mariage klezmer », qui a dû marquer la première partie de vie en Moravie. Je vous laisse juge à l’écoute de ce pur chef-d’œuvre mahlérien : https://urlz.fr/i3QE.

Jean-Marc Finn

1 Wikipédia : Gustav Mahler
2 Gustav Mahler: A Life in Crisis by Stuart Feder (2004-07-11) Yale University Press
3 Theodor W. Adorno, né Theodor Ludwig Wiesengrund le 11 septembre 1903 à Francfort-sur-le-Main et mort le 6 août 1969 à Viège, est un philosophe, sociologue, compositeur et musicologue allemand.
4 Frans Lemaire, Le destin juif et la musique, p.443 Ed.Fayard

En savoir plus:

https://fr.wikipedia.org/wiki/Gustav_Mahler
https://www.youtube.com/watch?v=4MPuoOj5TIw&ab_channel=EuroArtsChannel
https://www.radiofrance.fr/francemusique/gustav-mahler-10-petites-choses-que-vous-ne-saviez-peut-etre-pas-sur-le-compositeur-3953840