Skip to content
  1. Home
  2. Littérature
  3. Histoire Vraie
  4. Le Parrain et le Rabbin

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Le Parrain et le Rabbin

« Ce qui est improbable n’est pas nécessairement irréalisable ». S Bernett

Le Parrain et le Rabbin est un récit fantastique, incroyable et injustement méconnu dans l’histoire de la Shoah. Histoire étonnante, publiée en 2017 sous l’appellation roman.

Milan, 15 novembre 1943, trois heures du matin. La Gestapo est prête à donner l’assaut dans la yeshiva abandonnée, où sont réfugiés clandestinement quinze jeunes garçons orphelins âgés de 7 à 17 ans, leurs deux professeurs et leur rabbin. Carlo ne dort pas, il donne l’alerte, et tous fuient avec le minimum vital, par l’arrière du bâtiment. Leur but : rejoindre Côme, traverser les Alpes et gagner la Suisse. Mais l’hiver est précoce, avec sa neige, ses tempêtes de vent, son froid glacial et pénétrant. Le rabbin et les professeurs savent que la petite troupe aux ventres creux ne pourra survivre à cette nature hostile.
Williamsburg, Brooklyn, New-York, le surlendemain, six heures du matin. C’est là que se trouve le Rescue Committee. Une organisation créée par le Rabbin Chaskel Wezburger qui a fui les pogroms en Russie où sa famille fut décimée. « Une douzaine de personnes s’y relaient 24h/24, 7j/7 y compris le shabbat. Sans relâche, on y étudie et met au point toutes les solutions imaginables, pour sauver, si ce n’est les Juifs, au moins des Juifs. » Un télex, puis des dépêches au sujet du petit groupe perdu dans les montagnes enneigées se succèdent à une allure aussi folle que l’idée qui en surgit : « Pourquoi ne pas faire appel à la Mafia ? » Mais quel sera le prix à payer de cette improbable alliance avec des criminels, interdite par la Torah, où l’obligation de sauver un homme y est écrite aussi ?
Middleton, New Jersey, deux jours plus tard. L’improbable arrive. Chas le sage rencontre le Parrain Joseph Bonanno. Tout les oppose. Après trente minutes de discussion, il refuse l’argent du rabbin, mais accepte de réaliser ce sauvetage. Contre deux promesses. Fin de non-recevoir pour Chas, car Sa Loi le lui interdit. Mais il trouve un subterfuge ingénieux pour que cette loi soit respectée et pour que les vœux du Parrain puissent se réaliser.

Le temps est compté, il est même peut-être déjà trop tard, mais « L’opération Youpin » est lancée. Tout va ensuite aller très vite et Sam Bernett nous raconte cette épopée fantastique, tant dans les montagnes funestes d’Italie, qu’entre les quartiers de Brooklyn et Little Italy. L’organisation mise en place, tant en Italie qu’en Amérique est impressionnante, saisissante et bouleversante.

La narration est haletante, le récit raconté en temps quasi réel, le suspense présent jusqu’à la fin. L’écriture est fluide et ne connait pas de temps mort. On est captivé dès les premières pages. On le lit d’une traite.
On y découvre le rôle important de la Mafia dans le sauvetage des Juifs italiens, épargnés jusque-là par le rejet des lois de Nuremberg de Mussolini, et dont l’amante est Margueritta Sarfatty. On y apprend que c’est cette même Mafia qui a contribué au succès du débarquement des Américains en Sicile et qui a constitué le plus grand réseau de résistance en Italie. On y constate le risque pris par des villages entiers en Italie du Nord pour le sauvetage des Juifs.
Le rôle de la Mafia américano italienne a largement contribué à la libération progressive de l’Italie, par l’entremise des relations secrètes entre la CIA et la Mafia. Des négociations aboutirent à une remise de peine pour le parrain Lucky Luciano, lequel, une fois libre, encouragea Calogero Vizzini, chef historique de la Cosa Nostra, de collaborer avec les alliés.

Interrogé sur la raison de la qualification de roman, pour une histoire véridique, Sam Bernett nous explique : « Cette histoire est vraie, je l’ai trouvée dans la biographie du rabbin Aharon Kottler. Ce rabbin dirigeait le groupe du Rescue Commitee de Brooklyn pendant la guerre et c’est lui qui a rencontré Bonnano. Le chapitre de la rencontre avec Jo Bonnano est la retranscription exacte de leur confrontation à la virgule près. » Et de nous préciser que Joseph Bonnano est vraiment mort comme il l’a demandé au rabbin en 2002 à l’âge de 97 ans.
« Avant d’écrire cette histoire j’ai enquêté pendant deux ans à NY et Milan pour retrouver des témoignages, des survivants des deux côtés (Juifs et Mafia) J’ai travaillé des journées entières au Centre de l’histoire juive de NY, au Centre juif de Williamsburg, à la Fondation Primo Lévi, rencontré le directeur de l’Holocaust Memorial à Washington et de la librairie du mémorial de la Shoah à Milan. Mais aussi les archives de la police de NY et du FBI.
Peu de gens dans les différentes communautés connaissaient l’histoire du sauvetage des enfants de Milan et je n’ai retrouvé aucun survivant malgré mes différentes recherches. »

Sam Bernett explique donc avoir eu « le pitch », mais pas la manière dont Bonnano a opéré. Il a donc imaginé la fin. « Voilà les raisons pour lesquelles cette histoire vraie est devenue roman. », nous a expliqué Sam Bernett.
Et de conclure : « J’aimerais vous faire partager cette phrase de la Torah : «Dans chaque mot il y a un oiseau aux ailes repliées qui attend le souffle du lecteur. » »

Un récit inimaginable, à lire et à découvrir.

Sam Bernett, est un ancien journaliste au New York Times, animateur radio et l’un des fondateurs de RFM. Il est auteur de biographies d’artistes et signe ici son deuxième roman.

Le Parrain et le Rabbin, Sam Bernett, Le Cherche midi, 2017, 152 pages

Paule Gut

https://fr.wikipedia.org/wiki/Sam_Bernett
https://radiorcj.info/diffusions/shoah-lhistoire-de-enfants-juifs-sauves-invites-sam-bernett-mickael-prazan/