Benny Lévy et la Pensée du Retour

Le 19 novembre 2023 se tenait un colloque pour célébrer les 20 ans de décès de Benny Levy. Depuis lors, la Maison d’étude Benny Lévy, la Synagogue d’Anderlecht et la Maison de la Culture Juive ont décidé d’approfondir la “question du retour” que l’on retrouve au centre de la pensée de Benny Lévy.

Pour plus d’informations sur ces cours :
https://old.maisondelaculturejuive.be/evenements/maison-detude-benny-levy-la-pensee-du-retour/

Mais tout d’abords, qui est Benny Lévy?

Benny Lévy est un philosophe juif français né au Caire le 28 août 1945 et mort à Jérusalem le 15 octobre 2003. Au-delà de son travail philosophique, il est également connu pour avoir dirigé la Gauche Prolétarienne en France sous le pseudonyme de Pierre Victor. Un pseudonyme qui peut sembler anodin pour beaucoup, s’inscrivant dans une perspective laïque de l’intégration française. Pourtant, pour Benny Levy ce mouvement est déjà une “monstruosité”, l’éloignant de son identité.
En 1970 la Gauche Prolétarienne est interdite et quelques années plus tard ce sera le tour de La Cause du Peuple, le journal de la Gauche Prolétarienne. C’est néanmoins à cette occasion que Benny Levy rencontrera Sartre dont il deviendra le secrétaire jusqu’à son décès en 1980.

En 1978, Benny découvre les textes d’Emmanuel Levinas, qui auront une influence majeure sur sa pensée. Il sera notamment le fondateur de l’Institut d’études lévinassiennes. Il dira lors d’une interview : “En lisant les livres de Levinas, j’ai soupçonné que derrière l’écriture grecque, il y avait quelque chose d’autre et je me suis mis à apprendre l’hébreu“. La tradition philosophique grecque et la pensée juive ont souvent été comparée voir associée. Qu’il s’agisse de Philon d’Alexandrie ou de Maïmonide, la pensée juive s’est largement inspiré des concepts philosophiques grecque en les adaptant aux textes bibliques. Ce jeu était double, la pensée juive était étudiée à l’aune de la philosophie grecque et cette tradition philosophique devait pouvoir satisfaire au considérations juives. Malheureusement, après près de 2000 ans d’évolution de la philosophie, sortir de ce paradigme est des plus complexes. C’est pourtant bien le mouvement réflexif qu’essaye de lancer Benny Levy.

Pour ce faire, Benny va commencer à apprendre l’hébreux, suivra des cours en Yeshiva, étudiera les textes bibliques et le Talmud, etc,… tout en continuant d’étudier les philosophes tels que : Platon, Spinoza, Schelling, Rosenzweig, etc… . Mais comment mettre en exergue cette différence fondamentale, ce point de tension qui, sans les rendre incompatibles fait de la pensée juive et de la philosophie grecque des pensées singulières ?

C’est ainsi que se développe dans le chef de Benny Levy le concept de “Pensée du Retour”, que l’on retrouvait déjà chez Levinas. Pour Platon, la philosophie ne peut se construire qu’au sein des murs protecteurs de la cité. En effet, les êtres humains ne peuvent s’accorder de temps à la réflexion que si leur instinct de survie est satisfait. La Cité a ce rôle et est pour Platon la condition nécessaire à la naissance de la philosophie. Par contre, pour Benny Levy, la pensée juive est une pensée de/et née de l’exil. Pour lui, le juif moderne a perdu ses repères, ceux-ci s’étant mélangé au sein de la vie et de la philosophie occidentale. Pourtant, le point de tension entre philosophie et pensée juive demeure.

La Shoah et la création de l’Etat d’Israël implique de repenser la pensée juive, celle-ci ne pouvant plus être limitée à la philosophie grecque. En effet, nombreux seront les philosophes juifs qui tenteront de repenser la question de la théodicée (la question qui consiste à interroger la bonté, la toute puissance divine et l’existence du mal dans le monde).

Benny Levy va alors, pour tenter de répondre à cette question du retour, faire s’affronter deux visions de Levinas. D’une part celle du philosophe phénoménologue (courant philosophique, dont l’objectif est d’observer et de décrire le sens attribué à une expérience, à partir de la conscience qu’en a le sujet qui la vit) et d’autre part celle du penseur juif. La tradition philosophique a toujours eu une forte tendance à considérer que le monde dans son ensemble pouvait être traité par la philosophie et en avoir le dernier mot. Mais Benny Levy refusera cette idée, car pour lui, la philosophie possède des impasses auxquelles la sagesse juive pourrait tenter de répondre. Là ou la philosophie n’a cessé de détruire et limiter la transcendance divine tout en la considérant comme un “étant” propre au monde, le judaïsme ne peut considérer le divin que comme Transcendance séparée du monde. La pensée du retour est ainsi une réflexion sur l'”être” qui s’inscrirait hors de la philosophie.

Yonathan Kreisman

Informations et Liens

Pour les informations concernant les cours sur Benny Levy et la Pensée du retour :
https://old.maisondelaculturejuive.be/evenements/maison-detude-benny-levy-la-pensee-du-retour/

Les cours précédent en vidéo :

Partagez l'article